Talent de demain #2 – Portrait de Loïc Rolland

Loïc Rolland

L’année 2023 a été marquée par l’émergence sur le devant de la scène de jeunes athlètes prometteurs. Des athlètes aux profils variés qui ont su faire éclater leur talent au grand jour. Mais après l’éclosion vient toujours l’heure de la confirmation. Voilà tout le défi qui les attend pour 2024. Nous sommes partis à leur rencontre pour mettre en lumière leurs parcours et leurs ambitions. Pour ce deuxième portrait, rencontre avec Loïc Rolland.

Par Alex Violle – Photos Fabienne Rolland

Loïc Rolland est Stéphanois, et fier de l’être. Cet amoureux du massif du Pilat l’a longtemps arpenté à vélo avant d’y emmener ses paires de baskets à la découverte de ses sentiers. Loïc n’a pas encore de grandes victoires à son palmarès. Normal. Le trail et lui, c’est une histoire naissante. Pourtant, Loïc a vécu une année 2023 comblée de places d’honneur sur de grands événements internationaux, qui lui confèrent aujourd’hui, le statut d’athlète parmi les plus prometteurs de sa génération. 

Ancien cycliste de haut-niveau passé par la case “Equipe de France junior” et après 10 belles années au plus haut niveau amateur, Loïc doit faire un premier choix important dans sa vie. Ce sera celui des études, au détriment, conscient et volontaire, du sport.

“Je courais en DN1, le plus haut niveau amateur, à Villefranche-sur-Saône mais passer pro n’a jamais été une priorité. Je pense de toute façon que gap était trop grand. Puis avec mes études, cela devenait trop compliqué de m’entraîner car je suis parti en prépa après le lycée pour pouvoir intégrer une école d’ingénieur. Chose que j’ai réalisée en intégrant l’INSA de Lyon. Je suis très fier de mon parcours dans le vélo, mais mener de front étude d’excellence et sport de haut-niveau n’était pas compatible pour moi.

Sur les traces de Gilles Guichard ?

Amoureux de sports et de compétitions, après de nombreux mois de disette, l’appel du trail est venu sonner à sa porte en 2021. “Je me suis mis sérieusement à la course à pied en septembre 2021 où j’ai commencé ultra progressivement. Je faisais des semaines où je courais 1 à 2 fois seulement, je m’écoutais énormément. Cela m’a permis d’éviter un peu les blessures du débutant. Puis, très vite, je me suis pris au jeu. Au fur et à mesure, mon corps répondait favorablement à l’augmentation du volume et la course à pied est véritablement rentrée dans mon quotidien. Mais quelque chose me manquait, la compétition. Alors j’ai voulu me tester sur les courses du coin. Ma première course a été le Sainté Urban Trail en Octobre. J’ai remporté la course. Une grande satisfaction pour moi et une grande source de motivation.

Dès les débuts, Loïc sait qu’il lui faut un environnement stable et un entourage familier pour progresser. C’est ce qu’il va trouver chez Gilles Guichard alias “Gilou”, ancienne gloire des sentiers. “J’ai commencé à suivre un entraînement structuré à partir de décembre 2021 avec Gilles, ancien cycliste lui aussi et qui a remporté de grandes classiques durant sa carrière comme le Grand Trail des Templiers en 2006. Une véritable légende chez nous dans la Loire. Au fil du temps, Gilles est devenu un véritable mentor et c’est toujours mon entraîneur actuel.

Loïc Rolland

Comme d’habitude, après les premiers pas vient le temps des déclics. Pour se convaincre que ce sport est fait pour soi et qu’y focaliser une partie de son énergie est le meilleur chemin à prendre. “De belles performances sont très vite arrivées. Dès le début de l’année 2022, j’ai pu me rendre au Trail Givré et me confronter à des coureurs très rapides de la région. Mon très bon résultat (3ème) m’a poussé à participer aux championnats de France de trail qui avaient lieu en mai dans le Cantal lors de la Pastourelle. A ma grande surprise, au milieu d’un peloton fourni de quelques-uns des meilleurs Français, j’ai réussi à prendre une très belle 11e place. Là, je me suis dis qu’il y avait quelque chose à faire si je continuais à être sérieux et à faire les choses correctement.”

2022 pour se montrer, 2023 pour confirmer.

Je suis hyper satisfait de mon année 2023. Je me suis surpris moi-même à chaque compétition. En début d’année, j’ai décidé de retourner aux championnats de France pour confirmer et faire mieux que ma place en 2022. Chose faîte avec une 8e place. Puis je voulais découvrir le niveau international sur deux grandes classiques : le marathon du Mont-Blanc où je termine 15e et surtout Sierre-Zinal où j’ai fais 2h43, un chrono bien au-delà de mes espérances alors que je visais plutôt un chrono juste en dessous des 2h50”.

Tout s’accélère en fin d’année 2023 où sa régularité et ses performances de haut-vol n’ont pas laissé grand monde indifférent, à commencer par Thierry Breuil. Ce dernier, team manager de Kiprun et ancien coéquipier de Gilles Guichard sous les couleurs d’Adidas, lui fait les yeux doux. “Début novembre, j’ai reçu un appel de Thierry qui m’a présenté le projet Kiprun. Tout de suite, il m’a dit les choses que je voulais entendre. Je voulais une équipe avec un esprit de performance et avec des athlètes autour de moi qui sont dans cette démarche. Tout en gardant une certaine liberté dans mon projet et ne pas avoir trop de contraintes comme des obligations à me rendre sur tel ou tel événement. Très clairement, le projet vise dans le 1000. Faire partie de la même équipe qu’un athlète comme Thomas Cardin est un honneur. Je l’admire beaucoup pour sa polyvalence. Et puis je connais très bien Fleury Roux qui est Ligérien lui aussi. J’ai hâte de rencontrer tout le monde au 1er regroupement de la saison au mois de mars.

Loïc Rolland

Continuer à progresser sur les formats Marathon

Sans trop se projeter, Loic sait qu’il lui reste énormément à apprendre avant d’atteindre le niveau qu’il espère conquérir un jour. Prendre le temps de bien faire les choses sera son mantra. “Je suis très jeune dans la discipline donc je me cherche encore beaucoup, après c’est clair que je ne suis pas un montagnard et que je préfère quand ça court vite même si j’estime que les formats trop courts typés course en montagne ne sont pas faits pour moi. Je pense que le format marathon est celui qui va le mieux me correspondre. Pour le long, on verra, je n’ai pas assez expérimenté encore. J’ai senti en décembre dernier, sur la distance reine de la SaintéLyon que je n’étais pas du tout prêt musculairement. Je ne suis pas pressé d’y aller, je préfère prendre le temps. Actuellement j’ai envie de progresser sur les formats marathon. Je vais quand même prévoir de faire un long dans l’année pour me tester et prendre de l’expérience sur la distance. Je serai aux championnats de France de trail long le 7 avril pour voir où je me situe aujourd’hui par rapport aux meilleurs Français.

Ses principaux dossards en 2024 :

-Trail du Ventoux le 10 mars

-France de trail le 7 avril

-Maratrail de St Jacques le 15 juin

-Sierre-Zinal le 10 août

Pour suivre Loïc : loïc rolland (@loic.roll) • Photos et vidéos Instagram

SA FICHE INFO

-Année de naissance : 1994

-Ville de naissance : Saint-Etienne

-Course de rêve : Sainté-Lyon

-Massif préféré : Pilat

-Profession : Responsable de programme immobilier à Saint-Etienne

-L’athlète qui l’inspire : Gilles Guichard, son entraîneur.

-Sa fiche ITRA : ITRA

DANS LA MEME RUBRIQUE : Talents de demain – Portrait de Baptiste Coatantiec

février, 2024

Filter les événements

type d'évènement:

Tous

Emplacement de l'événement:

Tous

Aucuns évènements

X