Talents de demain – Portrait de Baptiste Coatantiec

Baptiste Coatantiec

L’année 2023 a été marquée par l’émergence sur le devant de la scène de jeunes athlètes prometteurs. Des athlètes aux profils variés qui ont su faire éclater leur talent au grand jour. Mais après l’éclosion vient toujours l’heure de la confirmation. Voilà tout le défi qui les attend pour 2024. Nous sommes partis à leur rencontre pour mettre en lumière leurs parcours et leurs ambitions. C’est ce qu’on vous propose de découvrir dans cette série d’articles qu’on pourrait intituler : “Promesse aujourd’hui, confirmation demain?”

Pour ce premier portrait, rencontre avec Baptiste Coatantiec.

Par Alexandre Violle – Photo de Une I-Run

“Borner” jeune pour performer vite. Cette maxime pourrait se vérifier avec notre athlète du jour. Baptiste est jeune. Il aime borner. Il a performé fort en 2023. Adepte des longues balades en montagne, en trail l’été, ski aux pieds l’hiver, Baptiste débute la course à pied en 2019, pour s’aérer. En étude de médecine où la priorité est plus tournée vers la boisson… euh les cours, il prend malgré tout très vite, un goût prononcé pour la pratique.

“J’ai démarré la course à pied en 4ème année de médecine à 22 ans, pour me vider la tête avec quelques copains. Ces derniers courant plutôt très bien, j’ai rapidement constaté une belle progression. J’ai continué comme cela jusqu’en 6ème année avant de passer mon concours pour rentrer à l’internat. Or à cette époque-là, l’intensité de mon cursus ne me permettait pas de me projeter sur une pratique plus assidue de la course à pied.”

C’est à la suite de son concours que Baptiste, alors expatrié à Toulouse, vient s’installer dans les Alpes pour poursuivre sa route vers son premier rêve : devenir médecin du sport. Mais la course à pied est en train de grappiller des centimètres jour après jour. Et le trail pointe le bout de son nez. “J’ai un oncle qui fait de l’ultra depuis longtemps et qui me fascine. J’ai toujours adoré suivre ses aventures et me retrouver avec lui lors des repas de famille pour qu’il me les raconte. Je dois dire aussi que j’ai toujours eu l’habitude de faire de la montagne avec mes parents, alors, se lancer dans le trail c’était presque naturel, écrit.”

“Faire l’UTMB me fait moins peur que faire un 40km à bloc”

Baptiste décide d’effectuer son premier trail en octobre 2021. Pas un trail court bien entendu. Un trail long. Pour cela, il choisira un massif qu’il connaît bien, celui de ses racines, le Jura. Il terminera 3ème de “la Renarde”, le format 78km de l’ultra trail des Montagnes du Jura (UTMJ). 1er déclic.

“A la suite de mon concours pour rentrer à l’internat, j’ai décidé de faire mon premier trail et de me préparer tout l’été pour un trail en particulier : l’Ultra Trail des Montagnes du Jura. Je dois dire que j’en ai bien ch… durant la course avec toutes les erreurs de débutant classique mais que j’ai surtout adoré l’effort. Cerise sur le gâteau, j’ai terminé 3ème. Cela a confirmé tout ce que j’avais imaginé de la discipline et ça m’a donné envie de me mettre à fond dedans. Petit à petit, j’ai borné de plus en plus et c’est tout de suite vers le long que j’ai décidé de m’orienter.”

Chez Baptiste il y a eu 2 déclics. Le premier pour l’orienter vers le trail, le deuxième pour l’emmener vers le haut-niveau.

“Le truc qui a vraiment fait déclic, c’est ma participation à un jeu concours sur Instagram  pour participer à un stage à Chamonix avec I-Run et les athlètes Nike en juin 2022. J’ai été pris, on était 8 sur toute l’Europe dont 7 jeunes à fond sur insta qui connaissaient déjà très bien la discipline et puis moi, qui débarquait de nulle part. Je me suis retrouvé aux côtés de Francesco Puppi et Nienke Brinkman, deux athlètes emblématiques. Et cela a une nouvelle fois matérialisé tout le bien que je pensais de ce sport et des athlètes. Tous d’une simplicité incroyable. Suite au stage avec I-Run j’ai pu entamer une collaboration avec eux et être affilié à Nike par leur biais me permettant de bénéficier d’une dotation matérielle toute l’année.”

Très vite, pris par l’euphorie, Baptiste enchaîne, vite et bien.

Baptiste Coatantiec
photo Thomas Monsorno

“C’est vraiment à partir de 2022 que j’ai commencé à m’entraîner comme un fou et à prendre de plus en plus de dossards. Quelques-uns sur des formats courts pour me sortir de ma zone de confort mais surtout le plus marquant, un dossard pour mon premier 100km en Septembre, la SwissPeaks. Ces distances sont clairement celles qui m’intéressent le plus et mon résultat est venu confirmer cela car j’ai remporté la course. C’est là que j’ai compris qu’il y avait peut-être quelque chose à aller voir du côté de la performance. Sur la course, j’ai pris un plaisir fou et je n’ai pas tant souffert que ça, ce jour-là j’avais des ailes et je me suis régalé, des supers sensations et j’aurai même pu continuer encore quelques kilomètres.”

“Le long c’est ça que j’aime faire, j’ai pas calculé, pas réfléchi, et je me suis naturellement dirigé vers ce qui me plaisait.”

Baptiste fait partie des athlètes qui ont marqué l’année 2023 par leur éclosion à haut-niveau. En témoigne son résultat au Wildstrubel by UTMB en septembre dernier, où il s’est hissé sur la seconde marche du podium derrière Andy Symonds. Une performance référence qui lui a offert sa qualification pour le prochain UTMB.

“L’UTMB 2024, j’attends que ça. Cela fait 2 ans que j’y vais en spectateur pour prendre la température et à chaque fois, j’ai des étoiles plein les yeux. Dans un premier temps, je voulais faire la CCC or mes très bonnes expériences à la SwissPeaks et au Wildstrubel m’ont montré que j’étais capable, dès à présent, d’aller voir plus loin et de tenter l’expérience sur 100 miles.”

Pour cela, Baptiste a déjà planifié sa saison et nous aurons la chance de le retrouver sur 2 événements majeurs avant la grande messe fin août : sur le championnat de France de Trail long à Buis-les-Baronnies le 7 avril et sur le 90km du Mont-Blanc fin juin.

Baptiste Coatantiec
2e place sur le Wildstrubel by UTMB 2023

Et puis c’est quoi la suite ?

“Le but serait de faire ça à plein temps même si ça reste compliqué en médecine de s’arrêter puis de se remettre dans le bain. Malgré tout, c’est un métier qui peut être très flexible et peut permettre de très bien préparer les courses. Actuellement je travaille 3 jours par semaine avec une garde en plus, ce qui me laisse souvent 3 jours OFF pour m’entraîner comme j’en ai envie. A l’heure actuelle, il me reste 1 an et demi d’internat et suite à ça, à l’été 2025, si tout va bien, je vais pouvoir me libérer 6 mois.”

Alors, 2024, l’année de la confirmation ? À suivre sur les sentiers.

Pour suivre Baptiste : Baptiste Coatantiec (@baptiste_coatantiec) • Photos et vidéos Instagram

SA FICHE INFO

-Année de naissance : 1997

-Ville de naissance : Poissy (Yvelines)

-Course de rêve : UTMB

-Massif préféré : Jura

-Profession : futur docteur en médecine du sport

-Son pêché-mignon : La cuisine asiatique

-Son rêve : être docteur de l’EA Guingamp

-Sa routine : de la musique électronique dans les oreilles

-L’athlète qui l’inspire : Son oncle

-Son régime alimentaire : Vegan

-Sa fiche ITRA : ITRA

mars, 2024

Filter les événements

type d'évènement:

Tous

Emplacement de l'événement:

Tous

Aucuns évènements

X