Aurélien Dunand-Pallaz « La Réunion me convient bien »

Adepte des terrains hyper techniques, moins à l’aise sur le « roulant », Aurélien Dunand Pallaz a trouvé « épreuve à son pied » sur le Grand Raid, qu’il a maîtrisé pour sa première participation. Retour avec le Savoyard sur cette édition 2023, et une saison impressionnante !

Aurélien, à l’heure du bilan de fin de saison, est-ce qu’on peut parler d’un sans-faute pour toi en 2023 ?

Oui on peut considérer que j’ai réussi mes deux gros objectifs de la saison, en remportant la Hardrock et le Grand Raid. J’avais tout fait pour arriver prêt à 100% sur chacun de ces objectifs, et à chaque fois je suis parvenu à avoir de super sensations le jour J, à arriver en pleine confiance, c’est donc presque l’année parfaite !

Alors que 2022 avait été au contraire stoppée par une blessure…

Oui, à cause d’une fracture de fatigue au sacrum juste avant l’UTMB 2022. Toute la fin d’année avait été perturbée et très compliquée, je n’avais pas pu faire les courses que je voulais. Par contre j’avais passé la fin de saison comme je l’avais imaginé, c’est-à-dire sur les skis, où j’ai pris le temps de me refaire la caisse. La transition ski/course s’est faite très progressivement sur mars-avril, avec une montée en charge progressive, via les trails du Nivolet Revard et Maxi Race, avec un premier pic de forme en juillet, pour la Hardrock.

Est-ce que cette coupure forcée par une blessure t’a été bénéfique pour 2023 à ton avis ?

C’est difficile à dire. En tout cas, ce n’était pas la première blessure que j’avais, ça m’était déjà arrivé en 2015-2016, et 2019. A chaque fois, ce sont des blessures qui prennent du temps, qui te font sortir 6 à 8 semaines de la course à pied. Mais je savais aussi que derrière, j’allais retrouver mon niveau car ce ne sont pas des blessures graves, et sans conséquences à long terme. Je n’étais pas inquiet. Et je n’ai pas eu de soucis à accepter la blessure. J’ai pu profiter de ma famille, et de toute façon l’hiver, je souffle en course à pied, donc j’ai eu une grosse envie en début de saison 2023.

« Chaque fois j’avais dû renoncer…»

Aurélien Dunand-Pallaz

As-tu avancé sur les contours de ta saison 2024 et surtout vas-tu tenter le triptyque Hardrock-UTMB- Grand Raid ?

Aurélien Dunand-Pallaz : « Je considère l'objectif atteint »
Aurélien Dunand Pallaz vainqueur de la Diagonale des Fous 2023

La question s’est posée, jusqu’à ce qu’on apprenne qu’on allait être parent une nouvelle fois, pour mai 2024. J’avais le droit de retourner à la Hardrock grâce à ma victoire de cette année, mais là, je ne me vois pas retourner aux Etats-Unis avec un nouveau-né, donc je ferai l’impasse sur la Hardrock. Pour me concentrer pleinement sur l’UTMB. Je vais faire une vraie prépa pour l’UTMB, même si c’est une course qui me correspond moins bien que la Hardrock ou le Grand Raid, car c’est plus roulant, et qu’il faut courir davantage. Mais j’ai vraiment envie de bien me préparer, de rester ici cet été avec les enfants, où je pourrais bien m’entraîner pour cet objectif. Je verrais ensuite si la récupération se passe bien, pour éventuellement aller à La Réunion. Mais pas envie de prendre ma décision trop tôt, mais c’est envisageable.

Tu as donc réussi à vaincre le signe indien sur le Grand Raid cette année !

Eh oui, jusque-là, à chaque fois que j’étais sur l’île pour participer, j’avais dû renoncer, à cause de blessures. En 2018, j’étais blessé à un pied, et lors du dernier entraînement test, j’ai compris que ce n’était pas possible de courir 170km comme ça. En 2019, je sortais juste d’une fracture de fatigue, j’étais remis, mais pas assez entraîné pour être compétitif. Et en 2022, j’étais donc blessé au sacrum. Donc je suis venu trois fois sur l’île pour faire du tourisme au final ! Mais ce fut quand même l’occasion de faire quasi toutes les sections du parcours, et je connaissais déjà quasiment toute la course.

Et au niveau de l’ambiance, de l’atmosphère pendant la course, est-ce que ça a été conforme à ce que tu attendais ?

J’avais assisté à la course sur les sentiers, mais jamais pas au départ. Et c’est très impressionnant. Toute la ville de St Pierre est là, avec 35 000 personnes sur cette grande allée, et ça se prolonge sur des kilomètres ! Même le départ de l’UTMB, ce n’est rien à côté ! Toute l’île tourne son attention sur la course ; aux ravitos, toutes les radios locales te courent après, c’est vraiment un grand spectacle, un chouette moment !


Vous avez atteint 22% de l’interview.

Pour lire cette rencontre en entier, commandez votre TEM 158

Retrouvez la suite dans le N°158 de Trails Endurance Mag 👇

juin, 2024

Filter les événements

type d'évènement:

Tous

Emplacement de l'événement:

Tous

Aucuns évènements

X